Respiration

Les questions à se poser   

Respirez-vous suffisamment?                                       

Respirez-vous profondément? 

Comme on peut juste vivre, on peut aussi juste respirer. 

Comme on peut mettre de la qualité dans notre vie, on peut également mettre de la qualité dans notre respiration.  

L’oxygène est notre CARBURANT le plus  important, plus que la nourriture et le sommeil. 

Respirer vient du  latin » respirare », revenir à la vie 

4 principaux facteurs qui bloquent notre respiration 

* Le stress 

* La peur 

* La douleur 

* La violence 

Quand l’esprit est tendu, le corps le devient et vice versa.  Souvent on a pas le choix d’être confronté au stress, mais on peut diminuer les effets dévastateurs. 

Il est important d’inspirer, mais c’est aussi important d’expirer. Nous sommes toujours trop plein d’air vicié. Notre respiration est en général beaucoup trop courte. On inspire uniquement dans la partie haute des poumons et on oublie de nourrir la partie basse. La majorité des cancers du poumons se situent dans la partie basse de nos poumons qui ne s’oxygène pas. 

Les soupirs, les bâillements, sont des  respirations de dépannage. 

                                           

ÉCOUTE DE LA RESPIRATION 

La solution à notre mauvaise respiration est de rééduquer notre respiration.

Ce n’est pas la technique qui guérit, mais c’est ce qu’elle apporte au corps qui guérit. 

Effets du contrôle de la respiration sur le système 

Ralentit le coeur 

Ralentit la circulation sanguine 

Relâche les muscles 

Aide à contrôler le mental 

«  Respirer c’est vivre, bien respirer, c’est bien vivre »

La bonne santé dépend d’une respiration libre et décontractée. Cette puissance créatrice est là pour nous aider à vivre en santé et en beauté .

La respiration profonde aide à vaincre le stress et apporte une grande provision d’oxygène, ce qui a pour effet de régénérer le sang et les cellules du cerveau.

La pratique respiratoire permet de développer une capacité pulmonaire plus grande et favorise le repos du cœur, cet organe si précieux.

Une bonne respiration consciente favorise la décontraction des vertèbres cervicales et fait disparaître certains malaises, tels que maux de tête et hypertension.

Une respiration profonde nous rend souple et fort. Respirer consciemment libère et chasse toute crainte et tension. Le souffle apporte la paix, la confiance et la sérénité.

La puissance de la respiration permet le développement des facultés mentales, de fortifier la mémoire et d’augmenter la faculté de concentration.

  Bien respirer  provoque des changements bénéfiques , tant psychologiques   que  physiologiques  

La persévérance

La patience vous apportera des résultats surprenants. Il faut savoir attendre. Ce n’est pas de la morphine que l’on prend, mais plutôt une façon naturelle de vivre détendu et heureux.

La principale respiration, est la respiration yoguique. C’est celle qui nous permet un contrôle total de notre organisme. Voici comment la pratiquer. Mais ce n’est pas du jour au lendemain que vous aller réussir.

La respiration yoguique

La respiration yoguique se fait toujours par le nez. On inspire par le nez et on expire par le nez. Tous les exercices de respiration commencent par l’expiration. Elle se divise en trois (3) phases.

1.  Respiration abdominale

Notre attention se dirige vers la région ombilicale. Par le nez nous inspirons lentement tout en faisant descendre le diaphragme, la région abdominale se gonfle et la partie inférieure des poumons s’emplit d’air. Dans l’expiration, la région abdominale est fortement ramenée vers l’intérieur, ce qui force l’air a sortir des poumons. La poitrine reste immobile.

EFFETS : Détente cardiaque, stimulation de la digestion, régularisation des intestins. Massage des organes abdominaux.

2. Respiration thoracique

Notre attention est dirigée vers les côtes. La partie médiane de nos poumons s’emplit d’air. Les côtes s’écartent vers l’extérieur. Les épaules et l’abdomen restent immobiles.

EFFETS : Rafraîchissement de la circulation sanguine vers le foie, la rate, l’estomac, la vésicule biliaire et les reins.

3. Respiration claviculaire

Notre attention est dirigée vers les clavicules ou la partie supérieure des poumons. En inspirant nous soulevons les clavicules et les épaules. En expirant, nous abaissons lentement les épaules et nous chassons l’air des poumons.

EFFETS : Aération complète de la partie supérieure des poumons

upérieure des poumons

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s